Zone de Texte:                        Commune d’Aussac-Vadalle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Eglise Saint Pierre aux liens d’Aussac

Hommage à l’abbé René Fort

La passion c’est ce chemin qui va de la lumière à la ténèbre,

et de la ténèbre à l’autre lumière.

C’est le chemin du Christ...

Ce sont aussi les sentiers de notre humanité d’aujourd’hui.

Sentiers parfois cahoteux, sentiers de doutes et de quêtes...

Sentiers sinueux aux horizons brumeux...

Chemin de Croix de l’homme d’aujourd’hui

 

Bénédiction du Chemin de croix

Oeuvre collective de l’Association des peintres de Bandiat-Tardoire

 

24 Juin 2005


L’église Saint Pierre aux liens fait partie de ces églises isolées dans une paroisse aux dimensions trop grandes pour  en être le joyau et  objet de toutes les attentions.

Zone de Texte:

Le patrimoine communal confié à la charge des conseils municipaux reçoit un traitement inégal souvent lié à la fortune locale mais aussi à l’intérêt que porte les édiles aux “vieilles pierres”. Dans ce domaine quelque soit le type de bâtiment beaucoup recule à la simple idée de refaire un toit ou bien de restaurer le mobilier, tant les démarches sont complexes.

 

 

Le Pari de reprendre la main sur les évènements, de rattraper le temps perdu était audacieux surtout qu’il s’inscrivait dans une démarche globale tant les besoins sont nombreux sur une si grande commune.

 

Il faut avoir alors une vision globale et faire feu de tout bois. Agir dans l’urgence n’est sûrement pas la bonne solution, mais lorsque tout devient urgent a-t-on d’autres alternatives ?

 

En l’espèce pour notre commune nous avons pu sur deux mandats consécutifs agir sur notre patrimoine plus efficacement

Zone de Texte:

Notre église c’est notre plus ancien bâtiment communal.

 

L’église Saint Pierre aux liens est donc le symbole de notre histoire et quelque part le souvenir de nos anciens pourrait-on dire. Protéger, aménager, restaurer ce bâtiment est une nécessité pour maintenir le lien avec le passé.

 

La restauration de la nef de l’église Saint-Pierre d’Aussac a permis de faire d’importantes découvertes en 2000 et de mieux connaître l’histoire de notre église.

Zone de Texte:  En effet, les travaux avaient pour but principal d’enlever les plâtres des murs intérieurs, de refaire la corniche et d’effectuer une remise en peinture de la voûte déjà consolidée deux ans auparavant.

Les travaux ont été confiés à Antoine BUTON, maître artisan de Vervant. Son rôle a été important car il a su discerner les pièces intéressantes sous les épaisses couches d’enduit.

 

Sur le mur sud, une porte a été mise à jour. Elle relie la nef à un bâtiment de facture récente. La porte de dimensions réduites reprend la même architecture que la porte principale. Elle est certainement du Xème siècle. D’une manière générale, tous les éléments du mur sud sont du Xème siècle ou antérieur. Nous savons avec précision que l’église existait en 988, car à cette date elle fut donnée à l’abbaye de Saint-Amant de Boixe. Nous savons également qu’elle était plus longue et que sa voûte était en pierre.

Une autre découverte, toujours sur le mur sud, fut deux magnifiques arches romanes dont la dernière est coupée par le mur du fond. Le pilier cylindrique qui soutenait la voûte a été taillée dans le sens de la hauteur vraisemblablement en 1600, quand la voûte de pierre fut remplacée par une couverture avec fermes apparentes.

Toujours sur ce mur sud, entre la petite porte et le chœur, deux niches ont été dégagées. La première très petite et la seconde de dimensions plus importante. Elle accueille maintenant la statue de Sainte Quitterie dont nous évoquions au mois de mai la bénédiction.

La découverte la plus inattendue est sans conteste la litre funéraire de François VI de la Rochefoucauld, prince de Marcillac, baron de Verteuil, de Montignac et de Cahuzac et auteur des célèbres maximes. Une litre est une bande noire qui fait le tour de l’église et sur laquelle sont apposées les armes du Seigneur. Dans l’église d’Aussac, seule la litre du mur nord a été conservée en partie et un seul des doubles écussons a pu être préservé. Ce double écusson d’alliance est surmonté d’une couronne ducale ornée d’une mélusine. Le premier écu (pour le mari) est celui de la Rochefoucauld, le second (pour l’épouse) est celui de Vivonne.

Cette peinture est de 1680, date de la mort de François VI.

L’église a été restaurée en 1883 et une voûte de brique a été réalisée à cette occasion pour masquer les fermes apparentes. La voûte en brique coupe les arches romanes. Le dernier travail de Monsieur BUTON fut de modifier la voûte, afin que les fidèles puissent profiter de la magnifique fenêtre du mur sud.

Zone de Texte:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Zone de Texte:  Le conseil a profité de cette période de restauration riche en découverte pour faire sculpter par Monsieur Platevoet ( artiste de Saint Amant de Boixe) une statue de Sainte Quitterie afin de remplacer l’exemplaire en platre qui n’avait survécu à la dernière procession. Cette très belle œuvre se trouve placée dans la grande niche évoquée ci-avant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une autre tâche, débutée dès 1996, arriva à son terme en 2003. c’est bien sûr la restauration des 3 toiles qui ornent notre église. Saint Pierre aux liens, Saint Vincent et Saint Jean-Baptiste. Avec l’aide de Via patrimoine et de bien d’autres partenaires nous avons pu obtenir leur inscription à l’inventaire du mobilier et percevoir ainsi une aide subtentielle de l’état et du Conseil Général de la Charente. Monsieur Marc Philippe , peintre à Orléans et restaurateur de tableux agréé par le Ministère de la Culture est intervenu pour sauvegarder les trois œuvres

 

 

 

 

 

 

Saint Jean Baptiste

 

Saint Vincent

 

La délivrance de Saint Pierre

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Notre église commeçait à retrouver belle allure  si ce n’est le chemin de croix qui faisait triste mine au regard de  l’éclat retrouvé des trois œuvres.

 

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 


C’est alors que grâce à mon épouse j’ai eu la chance d’évoquer le sujet avec Monsieur Jean-Louis Carré, peintre local et président des peintres de Bandiat Tardoire.

C’est une homme formidable capable de dépasser toutes les épreuves et surtout doué d’un très grand charisme. Avec lui tout paraît simple, il visite l’église prend la mesure du travail à faire et organise la restauration de A à Z. Quand je dis organise je suis loin du compte, en fait avec ses compères habituels il prépare les supports, rénove les encadrements en chêne et prend contact avec l’Evéché pour les modèles et les conditions de réalisation.

 

Que dire de plus de cet homme providentiel, si ce n’est qu’il réunit 14 amis peintres dans une réunion très conviviale à la Mairie d’Aussac-Vadalle et leur donne rendez-vous pour une séance d’accrochage en l’Eglise Saint Pierre aux liens le 30 avril qui suit soit un peu plus de 3 mois plus tard.

 

C’est une mécanique bien huilée qui s’est mise en route et au jour dit , le Conseil municipal et les artistes se sont retrouvés pour voir notre petite église de campagne parée de ses plus beaux atours.

 

Avec le père Maurice on ne peut que louer l’efficacité des peintres de Bandiat Tardoire et les remercier chaleureusement de leur initiative , de leur compétence, de leur talent mais surtout de leur bonté. Bénévoles , généreux, ils nous ont fait le plus des cadeaux « rendre la vie » à notre église qui s’endormait doucement au bord  de notre vie.

 

Nous voyons ici que les grandes choses sont faites par des grands hommes avec peu de moyen mais beaucoup de générosité, un grand MERCI à eux.

 

Gérard Liot

Maire d’Aussac-Vadalle
Station1     Station2     Station3     Station4     Station5     Station6     Station7    Station8     Station9     Station10     Station11     Station12     Station13    Station14